• Nous battons des records de température en cette mi-février, pendant le jour. 18° à Bruxelles hier après midi. A Bohan aussi il faisait magnifique, même si les nuits sont froides avec gel généralisé. 

    J'en ai profité pour aller à la Croix, d'où le panorama est toujours aussi beau. 

    Voici quelques photos et un film.

    Promenade à la Croix

    vue vers le village, encore partiellement à l'ombre

    Vue vers la route de France


    votre commentaire
  • Dates des animations de Bohan


    votre commentaire
  • Lors de mes cours d'ébénisterie, j'ai appris qu'il existait deux types de vis "en croix". 

    - les PH* ont une simple croix traditionnelle, et sont nommées "Philips"

    - Tournevis en croix, pas tous les mêmesles PZ* ont une forme d'étoile à 8 branches : 4 branches comme la philips, et 4 mini-branches au milieu. Elles sont apparues plus récemment mais se répandent de plus en plus. Elles se nomment "Pozidriv". Ces vis permettent à une visseuse de les visser à fond sans déraper.

    Le numéro * détermine la grandeur de la tête de la vis, allant du 0 au 6, la taille la plus courante était le 2 : PH2 ou PZ2.

     

    Il est évidemment important d'utiliser le tournevis adapté à chaque vis: Les deux empreintes Phillips et Pozidriv sont théoriquement incompatibles, quoi qu'à première vue quasi identiques. On ne doit pas utiliser un embout de vis cruciforme pour des vis Pozidriv et vice-versa. Un embout Phillips a du jeu dans une empreinte Pozidriv et ne tiendra pas en cas de couple élevé, abîmant ainsi l'empreinte. Un embout Pozidriv n'est pas compatible avec une empreinte Phillips.

    La marque Stanley fait la différence via la couleur du manche : bout jaune pour les philips, bout bleu pour les pozidriv.

    Voici une photo avec des vis et des tournevis des deux sortes :

    Tournevis en croix, pas tous les mêmes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans cet article, vous trouvez l'histoire de ces vis, apparues respectivement en 1925 pour la vis plate, 1933 pour la PH et 1966 pour la PZ.

    Pour vous exercer voici une photo de 6 têtes de vis, à vous de dire quelles sont les PH et quelles sont les PZ. A vos commentaires. Je donnerai la réponse en commentaires le weekend prochain:

    Tournevis en croix, pas tous les mêmes


    votre commentaire
  • Après qu'un ami ait partagé une photo rare du pont vicinal avant qu'il ne soit cassé, j'ai rassemblé les photos anciennes que j'ai de la route de Mont-les-Champs pour les publier dans cet article.

    J'espère les mettre dans l'ordre chronologique. Quelques dates-repères :

    - 1935 : inauguration du tronçon du vicinal entre Membre et Bohan

    - 1958 : ouverture de la Besace

    Si vous avez d'autres vues ou d'autres dates repères, n'hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire. Merci !

    avant 1935

    Route de Mont-les-Champs

    carte postale postée en 1938:

    Route de Mont-les-Champs

    en 1941 ou  1942 (le pont du vicinal est réparé)

    Route de Mont-les-Champs

    après 1958

    Route de Mont-les-Champs

     

    premiers campings :

    Route de Mont-les-Champs

    Route de Mont-les-Champs

     

     


    votre commentaire
  • Bonne et heureuse année 2019


    votre commentaire
  • Bénédicte et moi avons séjourné une semaine en Islande. Nous avons visité une partie de la côté Ouest avec une excursion organisée et la côte Sud par nous-mêmes en voiture.

    Les journées y sont très courtes, avec un lever du soleil autour de 11 h 15 et son coucher vers 15 h 30. Il fait clair environ 30 minutes avant le lever et après le coucher de soleil mais c'est très surprenant.  Il n'y fait pas froid car l'île est baignée par le courant chaud du gulf stream. Les 3 premiers jours il faisait environ 5 degrés avec de la pluie et les 3 suivants il neigeait par endroit. Le temps est très changeant: nous avons aperçu le soleil 2 fois pendant 1 minute et nous avions souvent de la pluie et du vent, quand ce n'était pas de la neige.

    Nous avons vu beaucoup de paysages naturels, avec des cascades, des montagnes, des volcans, des glaciers, des plages.  Ce qui était frappant à coté du manque de lumière, ce sont les paysages plats sans végétation et donc sans oiseaux ni animaux.

    Voici une vidéo de 5 minutes : https://www.youtube.com/watch?v=0HKzzB_n7Zk&t=

    Détail de notre programme

    Arrivées lundi 24 décembre à Reykjavik, nous nous installons en ville et dès le lendemain nous partons pour une excursion en minibus de 2 jours pour le tour de la Péninsule Snaefellsnes: 

    https://www.extremeiceland.is/fr/destinations/peninsule-de-snaefellsnes/snaefellsnes-et-aurores 

    Dans un minibus occupé par une grande majorité d’asiatiques, nous partons vers le Nord découvrir la péninsule de Snaefellsnes : Montagne en forme de cathédrale, cascade, plage de galets noirs avec reste d’épave, petit port avec phare et falaises. Nous logeons et soupons à l’hôtel.

    Nous nous arrêtons au Deildartunguhver Hot Springs , où du gaz sort du sol. Nous visitons un site archéologique avec une ancienne et une nouvelle église. Nous admirons les belles cascades de Hraunfossar Waterfall. Après midi nous faisons un arrêt à une ferme de chevaux, où la propriétaire est très chauvine et nous fait goûter le meilleur pain du monde. C’est la 1ere ferme d’Islande chauffée par le sol. Nous retournons loger à Reykjavik. 

    Hraunfossar

    Hraunfossar 

    Le 4ème jour, vers 9 h 30 dans le noir et sous la pluie, nous partons à pied vers le centre de la ville de Reykjavik. Après avoir admiré le centre ville avec sa cathédrale, son parlement et ses cygnes dans le petit lac, nous visitons l’exposition « settlement » qui explique les plus anciennes traces d’une ferme retrouvées et datés de 871 +- 2 ans. Quand les vikings sont arrivés, l’île contenait des bouleaux mais ils ont été coupés et depuis lors plus d’arbre ne pousse.

    lac au centre de Reykjavik

    lac au centre de Reykjavik

    Nous entrons dans le très grand bâtiment de verre appelé HARPA, puis longeons le port pour voir la statue de bateau, et entrons dans l’église en forme caractéristique. Après une copieux plat au Café Loki, nous achetons quelques souvenirs et terminons la journée par la visite du musée national retraçant l’histoire de l’île depuis 1000.  

    Ce jour, nous roulons vers le Thingvellir National Park pour faire du snorkelling. Malheureusement je ne peux pas participer et Bénédicte doit attendre jusque 13 :15 pour entrer dans l’eau. Après-midi nous roulons jusque Geysir où nous admirons le petit geyser qui jaillit environ toutes les 5 à 10 minutes. Nous allons voir les impressionnantes chutes de Gulfoss.

    Nous roulons jusqu’au Secret Lagoon où nous nous détendons pendant 1 h dans une eau à +- 40 degrés. Le soir nous nous installons dans notre petite cabine de Hella où nous avons la grande chance d’observer des aurores boréales.

    Le lendemain, nous quittons à regret notre cabine de Hella pour une marche sur le glacier. La marche est belle mais fatigante et il ne fait pas froid du tout.

    marche sur glacier

    Après-midi nous allons à Dyrholaey (point de vue sur les falaises) et à la Reynisfjara Beach où la marée arrive brutalement le long des falaises creusées de colonnes de basalte.

    Nous roulons longuement jusqu’à notre hôtel en direction du plus grand glacier d’Europe avec ses 8000 km².

     

    Jokularson

    Jokularson

    Bénédicte roule 1 h 15 pour arriver vers 10 h avant le lever du jour à Jokularson, le lac avec des icebergs qui donne dans la mer. Nous faisons de photos et Bénédicte construit des bonhommes de neige. Nous roulons à nouveau longuement, mais vers l’Ouest cette fois, en direction des chutes de 40 m de hauteur Skogafoss, où un passage est aménagé derrière la chute.

    Il reste alors encore 200 km à rouler pour dormir près de l’aéroport de Keflavik d’où nous décollons tôt le lendemain.

     

    1 semaine en Islande


    1 commentaire
  • Je viens de terminer une session de cours d'ébénisterie durant ce quadrimestre, à raison de 8 cours de 2,5 h le mercredi soir, organisé par Sasasa.

    Nous étions une dizaine d'amoureux du bois à apprendre à utiliser les machines mises à notre disposition. Les deux animateurs, menuisiers de profession, ont commencé par une introduction sur les différentes essences de bois ainsi que les différents types de bois (aggloméré, MDF, OSB ou multiplex). Nous sommes vite passés à la pratique, et avons construit chacun deux petites pièces, à l'aide des outils tels que la scie radiale, la scie sauteuse, la scie plongeante, la défonceuse, lamelotteuse, etc. L'accent a été mis sur les assemblages, qu'on peut faire avec des clous ou des vis, mais aussi avec des tourillons, des lamelots, tenons et mortaise, onglets, mi-bois ou assemblage à queue d'aronde

    J'ai appris beaucoup de choses, je me suis bien amusée et j'ai retenu les points suivants :

    - pour toute machine électrique, il est important que la machine soit de bonne qualité mais aussi son consommable (lame de scie, mèche de foreuse, etc)

    - il faut mettre en marche la machine avant de toucher la matière : par exemple la lame de la scie sauteuse ne doit pas toucher le bois avant de l'allumer.

    Voici une photo de la salle de cours, où des établis bien pratiques sont à disposition. Nous avions accès à des machines électriques, mais aussi des outils à main et des planches de bois à volonté.

    Cours d'ébénisterie

    Ma première réalisation est une petit étagère murale de coin, qui tient sans vis ni clou. J'ai tout coupé et assemblé moi-même :

    Cours d'ébénisterie

    Et en fin de cours, nous avons chacun construit une jardinière. Nous avons utilisé la défonceuse pour faire une rainure de décoration dans les pieds (et j'ai rajouté un sigle infini pour m'amuser). Les pieds ont demandé beaucoup de travail.

    Cours d'ébénisterie

    Sur la photo ci-dessous vous pouvez voir le travail fait sur chaque pied: de gauche à droite : le pied avant découpe, ensuite le pied où l'on est passé avec la scie plongeante  sur une profondeur de 1,8 cm, ensuite on a enlevé les morceaux de bois et enfin après avoir passé le papier de verre.

    Cours d'ébénisterie

     

    J'aimerais bien appliquer ce que j'ai appris, mais je n'ai que les machines de base (scie sauteuse et foreuse). Je louerai les autres à l'occasion et verrai si j'investis dans une ou 2 machines. 


    votre commentaire
  • Ce samedi 15 / 12 /2018 a eu lieu la proclamation des diplômés master en droit de l'ULB, dont Bénédicte. La cérémonie s'est déroulée dans le plus grand auditoire de l'ULB, le Janson, qui était complet: +- 300 étudiants proclamés ayant chacun amenés 3 personnes, cela fait du monde.

    La cérémonie fut très longue, en particulier la remise d'un prix de la faculté qui était décerné pour la première fois. Les 300 étudiants ont été appelés par ordre décroissant de points, avec 1 étudiant ayant la plus grande distinction. Ils étaient tous en toge avec chapeau et ruban.

    Proclamation de Bénédicte

    A la fin de la cérémonie, qui a duré 2 heures, une photo de groupe des étudiants a été faite, et ils ont lancé leur chapeau en l'air en même temps.

    Heureusement une réception suivait, bien organisée avec boissons à volonté. 

    Proclamation de Bénédicte


    votre commentaire
  • Le thème de mon calendrier 2019 est très différent des années précédentes: les. Le thème m'a été suggéré par mon fils, qui est professeur de géo. Il s'agit de photos personnelles faites lors de mes voyages. La plupart des photos ont été faites les 2 ou 3 dernières années (sauf Londres,Berlin, Rome et le Vatican).

    Le calendrier de bureau comporte 1 page par mois, de 10 X 20 cm, à poser sur la table. 

    Calendrier 2019

    Il est en vente au prix de 5 euros, livrable à Bruxelles, à Bohan ou par la poste (+ frais d'envoi). Si vous en voulez, envoyez-moi un mail à monique.debohan@hotmail.com.


    votre commentaire
  • Au musée des sciences naturelles de Bruxelles se tient du 18/10/2018 au 01/09/2019 une exposition intitulée "Ours & Nounours : Viens avec nounours !".

    D'après ses créateurs, cette expo propose aux enfants de 4 à 104 ans de découvrir les animaux sauvages qui se cachent derrière les doudous et personnages de livres ou de dessins animés de notre enfance. Elle présente l'évolution des ours - des premiers apparus il y a 35 millions d'années jusqu'aux 8 espèces actuelles - leur mode de vie (alimentation, sommeil hivernal, reproduction, locomotion) et leurs rapports complexes avec les hommes.

    En parallèle existe un parcours interactif pour les enfants à partir de 4 ans et leurs nounours.

    Exposition "Ours et nounours" à Bruxelles

    On y découvre les 8 sortes d'ours qui vivent encore : Grand Panda, Ours blanc, Ours noir, Ours brun, Ours malais, Ours à lunettes, Ours à collier et Ours lippu. Des textes, des petits films, des animaux empaillés et des activités interactives permettent de mieux connaître les ours. Par exemple, il faut choisir quels aliments conviennent à quel ours : l'ours blanc aime le phoque tandis que l'ours noir aime le miel, etc.

    J'y suis allée ce dimanche avec mon nounours, mais j'ai été un peu déçue, car c'est très orienté pour les enfants et heureusement que j'ai demandé un badge pour mon nounours afin de faire quelques activités pour les enfants, sinon je me serais ennuyée. L'expo est assez courte, et en ce dimanche à la météo cafardeuse, il y avait beaucoup de monde, surtout des familles avec de jeunes enfants bruyants. Le plus amusant est la dernière salle où sont exposés des centaines de nounours derrière un ours brun empaillé.

    Exposition "Ours et nounours" à Bruxelles

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires