• Maman,

    tu es partie rejoindre papa, qui t'attend depuis plus de 30 ans. Repose en paix, tu l'as bien mérité.

    Tu as tout fait pour nous quatre, tes enfants, ta fierté. Tu étais exigeante avec nous, et tu nous a appris le sens du devoir, l'honnêteté, le respect et la rigueur. Tu nous as éduqués dans la religion chrétienne et tu as réussi en tout cela.

    Tu étais un roc solide sur qui je pouvais m'appuyer en toutes occasions, et je ne t'ai jamais assez remerciée pour cela. 

    Tu étais une prof de math dont on se souvient, positivement, et nombreuses sont les anciennes élèves qui me racontent qu'elles étaient terrorisées par toi et tes interros (0 - 5 -10).Tu as enseigné les maths avec passion, jusqu'au bout de tes forces puisque tu as commencé ta retraite par de lourdes opérations au coeur et à la hanche. 

    Retraitée active, tu as beaucoup voyagé, et tu as eu le bonheur de voir grandir tes 12 petits enfants. Ton corps a commencé à te lâcher il y a un peu plus d'un an et tu t'es adaptée à la vie en maison de repos, ne voulant pas que je "perde" mon temps à venir te voir trop souvent. Tu ne voulais pas nous encombrer !

    Je te remercie pour tout ce que tu as fait pour nous, et pour moi en particulier, en m'accompagnant en voyages avec mes enfants, en me soutenant dans les moments difficiles et en venant à Bohan avec moi. Et c'est d'ailleurs depuis que tu ne venais plus à Bohan que ta santé a décliné. 

    Je suis orpheline maintenant, mais j'ai eu la chance de t'avoir à mes côtés jusqu'à 52 ans, et je continuerai à vivre selon les belles valeurs que tu m'as transmises.

    Je t'aime Maman, repose en paix, tu l'as bien mérité. 

    Voici le faire-part 

    Je t'aime Maman, repose en paix, tu l'as bien mérité.


    1 commentaire
  • Depuis novembre 2017, l'abbé Casmir a été nommé doyen du doyenné de Gedinne-Bouillon. De plus, l'abbé Demars, curé de Sugny pendant 55 ans a pris sa retraite et est décédé. Ils ont été remplacés par deux prêtres venant de Côte d'Ivoire.

    Les abbés Basile Amari et Jean-Pierre Brou ont fait leur grand séminaire ensemble et sont sortis de la même promotion en Côte d'Ivoire. L'abbé Basile était vicaire à Couvin tandis que l'abbé Jean-Pierre a été prêtre pendant 5 ans à Avignon.

    Même si l'un loge au presbytère de Alle et l'autre va loger au presbytère de Sugny, ils sont co-responsables des 12 paroisses de Vresse. Selon le souhait de notre évêque de Namur, ils mettent en place le secteur pastoral réunissant ces 12 paroisses, avec 1 messe de secteur par mois (en principe le 1er dimanche de chaque mois) en tournant dans chacune des 12 églises de la commune.

    A Bohan, c'est toujours l'abbé Installé qui fait la messe le samedi soir, sauf le weekend du secteur pastoral (où il n'y a qu'une seule messe le dimanche matin) et 1 samedi par mois où c'est un des 2 curés qui vient.

    Ainsi samedi 21/1/2018 l'abbé Basile est venu célébrer la messe à Bohan:

    Abbé Basile Amari

    Le week-end dernier, j'ai assisté à la messe du secteur pastoral à Laforêt, célébrée par l'abbé Jean-Pierre :

    Abbé Jean-Pierre Brou

    Pour le moment, à part un week-end par mois, nous avons encore la chance d'avoir une messe tous les samedis soir à Bohan.

    Pour plus d'infos sur les paroisses environnantes, voici le blog du doyenné de Gedinne - Bouillon : https://notredamedes3vallees.be/


    1 commentaire
  • Maggy Henry était Bohannaise depuis plus de 4 générations, et de ce fait, était parente avec beaucoup de familles bohannaises (les Henry bien sûr, les Renard, les Merveille, les Bertholet).

    Hommage à Maggy Henry, authentique BohannaiseElle est née à Bohan en 1935. Juste après la guerre, en 1945, elle a perdu sa grande soeur (20 ans) et son jeune frère (9 ans) à 15 jours d'intervalle, morts de diphtérie. Alors qu'elle est aussi tombée malade, sa maman l'a emmenée à l'hopital de Charleville, où elle a été sauvée de justesse. Quand Maggy m'a raconté cette tragédie, elle se demandait encore comment sa maman avait tenu le coup.

    Avec son mari Maurice, elle a tenu le café des Ardennes, situé à droite de la boulangerie sur la place, de 1963 à 1993. A l'arrière du café, elle tenait un petit commerce où je me souviens que j'allais acheter des sandales en plastique pour aller dans la Semois.

    Retraitée, elle donnait encore un coup de main à sa fille Martine qui tient la librairie de la place. Toujours active, elle était aussi une fidèle paroissienne de Bohan. Ces dernières années, j'ai eu l'occasion d'encore mieux la connaître car nous préparions les fleurs à l'église pratiquement tous les samedis matins, avec Monique Defoiche. Elle m'a ainsi raconté plein d'anecdotes sur Bohan, me montrait des anciennes photos ou reconnaissait des anciens sur des photos que je lui montrais.

    J'aimais quand elle me disait des mots en patois, oubliant que je viens de Bruxelles. Elle laissait Monique faire les bouquets mais c'était elle qui approuvait ou non le résultat final. Elle n'avait pas peur de se baisser pour ramasser des fleurs par terre.  Comme elle va me manquer!

    Elle vivait dans la maison de ses enfants, mais était indépendante, faisant ses courses et ses repas toute seule. Elle est décédée soudainement après une opération aux intestins.

    Son enterrement aura lieu ce samedi 10/2/2018 à 10 h 30 à Bohan, église qui a vu son baptême, celui de sa fille, de sa petite-fille et de son arrière-petite-fille chérie.

    Voici son faire-part 

    Avec Maggy, c'est encore une mémoire de Bohan qui s'en va.

    Je présente mes sincères condoléances à sa famille, et en particulier à Martine et à Thierry.

    Samedi 10/2/2018 : L'enterrement a été célébré par 3 prêtres (Abbé Jean-Pierre, curé, abbé Casmir, ancien curé qui connaissait bien Maggy, et abbé Pierre Installé, qui célèbre la messe le samedi soir à Bohan). Il y avait beaucoup de monde, mis à part les bancs des enfants devant, tout était presque rempli. Monique Defoiche avait mis de magnifiques bouquets en l'honneur de Maggy et elle a lu un petit mot d'au revoir à son amie Maggy.

    Enterrement de Maggy


    votre commentaire
  • Le séchoir à tabac de la rue Fernande Pierrard à Bohan (juste derrière le Delhaize) vient d'être restauré et le résultat est très beau.

    De nouvelles planches extérieures ont été placées sur 3 côtés. Une nouvelle structure a été faite sous le toit et de nouvelles ardoises ont été placées. Les piliers extérieurs qui étaient encore en état ont été conservés, tandis que les poutres intérieures ont été remplacées.

    Restauration d'un séchoir à tabac à Bohan

    Restauration d'un séchoir à tabac à Bohan

     

    Restauration d'un séchoir à tabac à Bohan

     

    Les séchoirs à tabac sont typiques de la région de la basse Semois, et celui-ci fait partie de la route du tabac, dont j'ai parlé dans un article précédent

    Le tabac y était suspendu de septembre à novembre pour y sécher.

    Les travaux étaient estimés à 15.000 euros, et ont été subventionnés par le petit patrimoine (7.500 euros), le privé (1.000 euros), ainsi qu'une aide régionale et communale.

     

    Et voici 2 photos d'un tabac mis à sécher, où l'on voit bien qu'il sèche vite et change de couleur. Suspendu vert le 2 septembre, il est brun le 30 du même mois.

    Tabac suspendu le 2 septembre

    Tabac séché, après 1 mois


    votre commentaire
  • Après 4 ans de bons et loyaux services la Toyota Auris rouge a laissé la place à une Toyota Auris bleue. J'ai choisi la même voiture, hybride, avec quelques options supplémentaires:

    - toit panoramique

    - avertisseur de franchissement de lignes blanches (si on franchit une ligne à gauche ou à droite, sans avoir mis son clignotant, cela sonne pour détecter l'endormissement)

    - caméra qui lit les plaques de limite de vitesse

    - navigateur à reconnaissance vocale

    - détecteur d'obstacle (si on approche trop près d'une voiture devant sans interagir, elle va ralentir ou freiner)

    - dégivreur des rétroviseurs extérieurs

    Et le modèle a aussi évolué, le moteur électrique permet de rouler jusqu'à 100 kmh

    Nouvelle Toyota

    Nouvelle Toyota

    Nouvelle Toyota


    votre commentaire
  • J'ai eu la chance de participer à l'enregistrement de l'émission "71" de RTL ce vendredi. Cette émission passe sur RTL-TVI tous les jours à 18 h 30, du lundi au vendredi. Chaque mercredi c'est un bourgmestre qui affronte les 70 candidats du public. 

    petit déjeuner dans le cabinet du bourgmestre de Schaerbeek

     

    Bernard Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek, a relevé le défi et a invité 70 Schaerbeekois. Pierre et moi avons été sélectionnés. Nous avons reçu un petit déjeûner dans le cabinet du bourgmestre à la maison communale, puis nous sommes allés en car à RTL, chaussée de Louvain. Et là, nous avons enregistré l'émission. Je ne peux rien vous dire de l'émission, sauf qu'elle passera à la tv le mercredi 7 février.

    Enregistrement à l'émission 71

     


    votre commentaire
  • Nous avons fait notre sortie annuelle de la division sur le thème des trains. Avec 39 collègues, nous avons dîné au restaurant RN de la gare de Schaerbeek avant de visiter en deux groupes (un par langue) le musée du train (que j'avais déjà visité il y a 2 ans en famille, voir mon article à ce sujet).

    Ensuite, nous avons fait une promenade guidée dans le quartier, en commençant par le train hostel, un hôtel où l'on peut dormir dans des tains-couchettes. 

    Train hostel

    Train Hostel avec train sur le toit

    Avec Cécile Dubois, notre guide très compétente sur l'architecture, nous avons admiré quelques façades de jolies maisons dans le quartier, dont plusieurs dans l'avenue Sleeckx. Elle nous explique l'art déco, l'art nouveau et le style éclectique. Nous admirons des constructions des architectes Frans Hemelsoet ou Henri Jacobs, avec des sgraffites de Cauchy.

    Team building de ma division

     

    maisons Art Nouveau Av Sleeckx 42 et 44

    Les sgraffites sont des décorations murales ressemblant à de petites fresques. Je les ai mises en évidence sur la photo de la façade ci-dessous :

    Team building de ma division

    Quand on y fait attention, il y a ainsi beaucoup de belles maisons à Schaerbeek. Après cette promenade guidée très intéressante, nous sommes allés au restaurant de la gare centrale, la brasserie 28 Caulier, où nous avons soupé.

    Ce fut une belle journée, intéressante et où on construit un esprit de groupe puisqu'on rencontre et on parle avec des collègues d'autres teams qu'on connaît moins.


    votre commentaire
  • A Noël, j'ai reçu de mes enfants un drone avec caméra. Pour filmer ou photographier, on utilise une application sur smarphone via wifi. J'étais impatiente de l'essayer pour filmer au-dessus de chez nous à Bohan. 

    Ce n'est pas si facile à utiliser à l'extérieur, surtout s'il y a du vent, car il est très léger.

    La première fois, il est tombé dans le potager des voisins, la 2ème fois dans le champ de l'autre côté de la route, mais la 3ème fois il est tombé sur la route et j'ai dû courir pour qu'il ne se fasse pas écraser par une voiture.

    Aujourd'hui, je l'ai essayé avec Bénédicte et on a pu filmer quelques petites séquences, sauf une fois où il s'est accroché dans une branche d'un arbre et j'ai dû prendre l'échelle pour le récupérer.

    Vous pouvez voir mes premiers essais sur les vidéos ci-dessous.

    Télécommande et drone

     télécommande et drone 

     

    Je récupère mon drone dans l'arbre de mon jardin

    drone accroché dans l'arbre du jardin 


    1 commentaire
  • A vous mes amis, à vous mes lecteurs fidèles ou occasionnels, je souhaite une très bonne année 2018 où vos souhaits les plus chers se réalisent. Monique

    Bonne année 2018


    votre commentaire
  • Mercredi passé, j'ai visité l'abbaye de Clervaux et j'ai eu la chance d'avoir une visite guidée très intéressante. 

    L'abbaye a connu 4 périodes :

    Clairvaux I : de 1115 à 1135 : fondation de la première abbaye par Saint Bernard

    Clairvaux II : 1135 à 1708 vu le succès (plus 800 religieux, moitié de moines et moitié de frères convers), une deuxième abbaye est construire 400 m plus loin. 

    Clairvaux III : 1708 à 1808 ; au XVIIIème siècle, l'abbaye est très riche (en terres) et moins peuplée. Ils décident de reconstruire l'abbaye en démolissant presque tous les bâtiments médiévaux sauf le batiment des convers. 
    Ensuite la révolution française passe par là et les derniers moines sont expulsés. Après une bref épisode industriel, l'abbaye devient une prison.

    Clairvaux IV : 1808 - aujourd'hui : prison et site culturel
    Napoléon transforme le site en prison pour condamnés. Elle a a abrité des femmes et des enfants (pendant 40 ans) tandis qu'il n'y a plus que des hommes à présent. Sa fermeture est annoncée pour 2022 et sa population décroit (il reste environ 60 détenus aujourd'hui).
    Jusqu'en 1971 les prisonniers résidaient dans le grand cloître, tandis qu'ils sont dans un batiment séparé actullement.

    Voir plans ci-dessous

    Bâtiments visités

    Puisque la prison est toute proche, on ne peut voir que certains bâtiments, et uniquement après avoir déposé sa carte d'identité, avec un guide et sans faire de photos.

    Le site est très grand:  4 ha sont dirigés par le ministère de la culture, tandis que 3 ha dépendent du ministère de la justice. Des rénovations sont entreprises, bâtiment par bâtiment, mais cela prend du temps.

    Hostellerie des dames : sert aujourd'hui d'accueil

    Hostellerie des dames

    Salle des convers (12 e)

    magnifique bâtiment rénové, comprenant 2 étages avec de belles voûtes 

    Le rez-de-chaussée était un cellier et un réfectoire, tandis que le premier était le dortoir des convers (et a accueilli jusqu'à 600 personnes). Par la suite chaque travée a été séparée quand c'était la prison des femmes. Aujourd'hui on y donne des concerts car son acoustique est très bonne.

    Salle des convers

     

    Cloitre

    Le cloître médiéval a été démoli lors de la reconstruction du 18 ème siècle. Le grand cloître classique possédait une galerie à 2 étages : un déambulatoire au rez et des cellules au 1er (cellule grande car il n'y avait plus que 60 moines à cette époque).

    Quand c'est devenu une prison, le déambulatoire a été coupé en 2 en hauteur, et un étage a été rajouté dans les combles, faisait 4 étages pour les prisonniers. Ils étaient serrés et vivaient dans des conditions affreuses avec une grande mortalité (espérance de vie de maximum 3 ans). Dans une salle de 30 mètres carré, on mettait 30 à 40 prisonniers. Plus tard, il y eu les cages à poules, petite cellule individuelle de 2 m carré.

    Cloître

    Plan du site aux 4 périodes 

    Abbaye de Clervaux (Champagne, France)

    Abbaye de Clervaux (Champagne, France)

    La visite est très intéressante, pour ce qu'on y apprend sur les 2 activités du site : abbaye et prison. 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires