• Le 18 avril 1987 décédait mon père, à peine âgé de 59 ans. 

    Plutôt qu'avec des mots, je veux lui rendre hommage par des photos de lui:

    en avril 1987, sa dernière photo

     

    en 1976

     

    Hommage à mon père, décédé il y a exactement 30 ans


    1 commentaire
  • Hommage à Camille Dion, Madame Tellier, doyenne de BohanCamille Dion, doyenne de Bohan, épouse de Paul Tellier (1914-1992), boucher à Bohan, est décédée hier le 1er décembre 2016, alors qu'on enterrait Paul Danloy, doyen de Bohan.

    Née à Houdremont le 11 juin 1918, elle a "connu" la grande guerre sans s'en rappeler bien sûr. Mais ses parents lui ont raconté qu'à la libération elle a été prise dans les bras des soldats libérateurs. Deuxième enfant d'une famille de 6, elle a été courtisée par Paul Tellier, Bohannais. Il venait tous les dimanches de Bohan à Houdremont à vélo pour la voir pendant leurs fiançailles. Ils se sont mariés et installés à Bohan en 1944 et ont habité la rue du Vieux Moulin.

    Ils ont ouvert la boucherie dans le coin de la route vers Membre en mai 1947 et l'ont tenue jusqu'en 1976. Ils travaillaient dur tous les deux. 

    Veuve en1992, Camille est restée active, fidèle paroissienne de Bohan. Nous l'avions même croisée en 1996 en vacances à Teneriffe. Toujours souriante, très gentille, elle m'acceuillait très aimablement quand je lui rendais visite chez elle à Bohan ou à sa maison de repos.

    Ayant une mauvaise bronchite en 2013, elle résida alors dans une maison de repos à Marchovolette, près de Namur, où elle était bien entourée et "s'occupait" d'une autre pensionnaire de 101 ans.

    Hélàs, ayant attrapé un refroidissement en novembre 2016, elle a été hospitalisée à Mont-Godinne, puis a résidé dans une maison de soins à Ciney où elle est décédée hier, entourée des siens.

    Voici son faire-part 

    Son enterrement aura lieu lundi à 14 h à Houdremont, où elle sera enterrée auprès de son tendre époux.

    Je présente mes condoléances à ses nombreux neveux et nièces, et particulièrement à Marie-Luce qui s'occupait si bien d'elle.


    votre commentaire
  • Paul Danloy, doyen de Bohan, a rejoint son épousePaul Danloy est décédé ce lundi 28 novembre, à l'âge de 97 ans. Il rejoint son épouse, Léontine Tellier, décédée l'année passée. C'est une perte immense pour Bohan.

    Paul est né à Bohan le lundi 12 mai 1919, il fut le premier bébé baptisé par le nouveau curé de Bohan de l'époque, l'abbé Jacoby. Déporté pendant la guerre, il a passé de longs mois dans les pays de l'Est et m'a raconté dernièrement qu'il avait marché sur la mer Baltique gelée suite à l'avancée des Russes. Les Allemands les faisaient marcher des jours entiers et à la libération, il se trouvait dans le Nord de l'Allemagne.

    A son retour, il s'est marié à une Bohannaise et ils ont eu 3 filles. Il a exercé le métier de garde champêtre et dans cette fonction il en a vu de toutes les couleurs. Par exemple, suite à une chute d'un promeneur venant de la Croix, il avait dû le descendre sur un brancard. Au début de sa carrière, il était crieur publique pour annoncer les nouvelles aux villageois.

    Toujours actif, même pensionné, il roulait beaucoup à vélo, faisait des paniers en osier, et surtout s'occupait de son très beau jardin potager. 

    Parroissien de Bohan, il était trésorier de la Fabrique de l'Eglise depuis 1957. A plus de 90 ans, il jouait encore Saint Nicolas au Delhaize de Bohan.

    Suite au décès de son épouse, il a été très mal, moralement et physiquement. Il a fait 2 infarctus et a passé l'hiver en maison de repos à Membre. Mais il en est ressorti début juin et a passé un très bel été chez lui, à la maison. Bien entouré de sa fille le week-end, il marchait tous les jours ses 2 km. 

    Hélàs, ayant eu un malaise il y a 2 semaines, il était en clinique à Dinant, où il est mort, certainement content de retrouver son épouse.

    Paul était un homme extraordinaire, d'une santé de fer, ayant encore toute sa tête, se rappelant de tout. Le mois dernier il était encore en train de couper des tiges de noisetier pour faire des paniers en osier. Il entendait bien, il lisait sans lunettes et il disait qu'il n'avait mal nulle part. Quand je le voyais ainsi, j'avais envie de vieillir comme lui, mais ce n'est pas donné à tout le monde. Voici son faire-part.

    Je présente mes plus sincères condoléances à ses filles, Thérèse et Madeleine, ainsi qu'à toute la famille.

    Son enterrement a eu lieu ce jeudi 1er décembre. La cérémonie fut simple, à la demande de Paul. Il y avait 7 porteurs de drapeau, pour rendre hommage à cet ancien combattant. La messe a été concélébrée par l'abbé Casmir et l'abbé Installé, en présence de tous les paroissiens de Bohan.

    Voici une vidéo.

    Paul Danloy, doyen de Bohan, a rejoint son épouse

    Paul Danloy, doyen de Bohan, a rejoint son épouse

     


    votre commentaire
  • Hommage à Dirk De Bcker, le plus gentil des collèguesDirk était le plus gentil des collègues. J'ai eu la chance d'être sa voisine pendant 5 ans, quand nous étions dans la même équipe informatique contre le blanchiment.

    Toujours souriant, toujours attentif aux autres, toujours positif. 

    Il était très professionnel dans son travail mais aussi très amical dans ses relations avec les autres.

    Il a pu quitter la banque fin 2011, mais a continué à suivre des cours du soir, il s'est investi dans du bénévolat à Gand, avant d'attraper trop tôt un très grave microbe en clinique, qui l'a laissé fort diminué. Malgré sa santé fragile, il est toujours resté optimiste. 

    Dirk était un grand curieux, il aimait apprendre, il aimait découvrir, il aimait les défis. Il participait très souvent aux énigmes sur mon blog, alors qu'il était néerlandophone.

    Dirk, merci pour toutes ces belles années d'amitié, pour nos sorties pour aller voir Kim à Anvers, pour tes commentaires positifs sur mon blog, pour tous nos partages au boulot et après le boulot.

    Où que tu sois maintenant, tu peux souffler, toi qui avais tant de problèmes pulmonaires.

    Tu resteras dans mon coeur, et je me rappelerai toujours ton beau sourire. Regarde ta photo quand tu m'as fait l'amitié de venir passer un jour à Bohan, en août 2008.

    Voici son faire-part :

    Hommage à Dirk De Backer, le plus gentil des collègues


    votre commentaire
  • Hommage à Nénette, Marie-Henriette RauschNénette était une petite dame que tout le monde connaissait à Bohan. Peu de monde savait son vrai nom, que j'ai appris aujourd'hui, jour de son décès: Marie-Henriette Rausch.

    Elle a tenu pendant presque 30 ans le Justeprix, magasin de vêtements dans la rue du ruisseau. Elle était propriétaire du café des Ardennes, en bas du pont, et du commerce de la rue du ruisseau. C'était devenu un salon de coiffure, tenue par une coiffeuse de Sedan. Il y a quelques années, Nénette est descendue habiter au rez-de-chaussée, transformant ce commerce en habitation.

    Malheureusement elle a fait une mauvaise chute dans sa maison, a dû être hospitalisée et a passé quelques mois en maison de repos. Revenue chez elle, elle était bien entourée par sa famille. Ayant du mal à se déplacer, elle ne sortait presque plus, mais gardait une bonne mémoire et j'étais contente de l'entendre parler du passé de Bohan quand je suis passée chez elle.

    Hospitalisée la semaine passée à Libramont, elle est revenue hier chez elle pour y mourir, alors qu'elle allait avoir 95 ans en septembre prochain. Elle a rejoint sa soeur jumelle, décédée il y a 10 ans.

    C'est encore une figure emblématique de Bohan qui disparaît avec Nénette. 

    Je présente mes sincères condoléances à ses 2 fils, ses 6 petits-enfants et toute sa famille. 

    Son enterrement aura lieu ce mardi 23 août 2016 à 10 h 30 à Bohan.

     

    Voici le faire-part

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique